La gestion des palettes

Le système d'échange palettes, plus économique que la location, repose sur l'entente entre chargeurs, transporteurs et grossistes destinataires. Mais les réalités du terrain ont fait déraper le système. Le système de l'échange palette fait débat...

Les palettes Europe font débat

En chiffres 

Le marché de la palette représente en France 1,5 milliard d'euros. On estime à 300 millions le nombre de palettes utilisées en France pour le conditionnement et le transport de marchandises.

Elles se répartissent en trois grands systèmes de gestion : la palette perdue, la palette locative et la palette échange. Cette dernière est de plus en plus critiquée en raison de ses multiples dérives.

Des pratiques en contradiction avec la législation

L'échange concerne 140 millions de palettes dont 85 millions de palettes EUR-EPA. La qualité et les dimensions de ces dernières sont certifiées par l'organisme européen European Pallet Association (EPAL). Il permet sa parfaite échangeabilité en Europe. En France, la palette échangée représente 45% du marché des produits de biens de consommation voire 80% dans le secteur des produits frais.

Le Code des transports pose en principe que toute opération de transport public routier de marchandises doit être rémunérée sur la base notamment des "prestations effectivement accomplies par le transporteur et ses préposés" (art. L.3221-2-1°).

Légalement, le transporteur n'a donc pas à se préoccuper de la reprise et du retour de palettes vides puisqu'il appartient à l'expéditeur de les demander au destinataire et que "le transport en retour des supports de charges vides fait l'objet d'un contrat de transport distinct".

Un "cadeau" au chargeur

Dans la pratique, en France, le transporteur accepte le plus souvent d'assumer la reprise et le retour des palettes vides, à ses frais, sans la moindre rémunération. "Les rapports commerciaux chargeur-transporteur ont fait déraper le système", souligne Jean-Paul Meyronneinc, le délégué général de l'UNTF.

Se référant à l'enquête qui a abouti au Livre noir de la palette, il estime "qu'environ 20% des relations comportent une facturation des prestations annexes, dans le cadre du contrat type et 20% arrivent à obtenir une compensation retour. Mais ces facturations restent le plus souvent au dessous du coût réel".

Selon l'étude sur le coût de gestion des palettes dans le système "échange" réalisé par Cap Gemini en 2003, le coût total du mouvement palette serait de 4,74 euros quand l'industriel chargeur fait appel à un logisticien et de 3,65 euros quand il le gère seul. Le coût supporté par le chargeur étant de 1,16 euro dans le premier cas et de 1,25 euro dans le second cas.

Le coût supporté par les transporteurs s'élèverait lui à 2,40 euros. Trois postes sur sept représenteraient plus de 80% des dépenses : la charge administrative, les coûts de relocalisation, les coûts de manutention et de tri. Les transporteurs supportent donc  50% à 75% du coût global des palettes. Cela représente entre 0,5 à 1,5% du chiffre d'affaires. 

Le problème de la gestion des palettes est donc loin d'être réglé pour les transporteurs. 

Source : l'Officiel des transporteurs Publié le 9 septembre 2015
À consulter aussi
Olnafret facilite la gestion de vos palettesSimplifiez la gestion de vos palettes

Grâce à son expérience OLNAFRET facilite la gestion de vos palettes Europe. Elle est un élément essentiel et permet un gain de temps considérable.

Lire la suite >

On vous rappelle ?
Nom *
Société *
Téléphone *
Email *
Partager cette page

HAUT